Nicedays
Accueil du site > Solfège > 13. Gammes

13. Gammes

Une gamme est une série de notes conjointes s’étendant sur une octave.

Degrés

A chaque note de la gamme correspond un chiffre romain indiquant sa position dans la gamme. Il s’agit de son degré.

I tonique
II sus-tonique
III médiante
IV sous-dominante
V dominante
VI sus-dominante
VII sensible
VIII tonique (octave)

Exemple en Do Majeur :

Exemple en Ré Majeur :

Le premier degré est appelé tonique parce que c’est lui qui donne le ton. Le 5e degré est nommé dominante car c’est celui qui domine. Le 7e degré est appelé note sensible, qui est attirée vers la note suivante, qui est la tonique.

C’est la tonique qui donne son nom à la gamme.

Notes tonales

Les notes tonales sont la tonique, la sous-dominante et la dominante. Ces notes indiquent la tonalité de la gamme. Quel que soit le mode, la sous-dominante et la dominante forment des intervalles justes avec la tonique. Deux gammes ayant les mêmes notes tonales sont dites gammes homonymes.

Notes modales

Les notes modales sont la médiante et la sus-dominante. Ces notes indiquent le mode de la gamme.

Si la tonique (degré I) et la médiante (degré III) forment une tiere majeure, et si la tonique et la sus-dominante (degré VI) forment une sixte majeure, alors la gamme est majeure.

Si la tonique et la médiante forment une tierce mineure, et si la tonique et la sus-dominante forment une sixte mineure, alors la gamme est mineure.

Gammes homonymes

Deux gammes homonymes ont les mêmes notes tonales, et des notes modales différentes. Elles partagent donc la même tonique, mais ont des modes différents (Majeure ou mineure). Elles ne partagent pas la même armure.

Gammes chromatiques

Une gamme constituée exclusivement de demi-tons est appelée gamme chromatique.

Gammes diatoniques

Une gamme constituée de demi-tons et de tons est appelée gamme diatonique.

Gammes majeures

Les gammes majeures sont constituées de 8 notes dont les écarts suivent le schéma suivant : 1 ton, 1 ton, 1 demi ton, 1 ton, 1 ton, 1 ton, 1 demi-ton. C’est l’emplacement des demi-tons qui différencie une gamme majeure d’une gamme mineure.

Exemples :

Nom - 1 1 1/2 1 1 1 1/2
Do Majeur Do Mi Fa Sol La Si Do
Ré Majeur Mi Fa dièse Sol La Si Do dièse
La Majeur La Si Do dièse Mi Fa dièse Sol dièse Si

La gamme de Do Majeur sert de modèle à toute les gammes. Elle ne comporte aucune altération essentielle. On remarque que les demi-tons naturels sont placés sur les degrés exigeant des écarts d’un demit-on. Pour toutes les autres gammes majeures, des altérations sont necessaires pour respecter l’ordre des tons et demi-tons. Ce sont ces altérations qui seront placées sur l’armure de la portée.

Les altérations présentes dans une gammes majeures sont toujours soit des dièses, soit des bémols. On ne trouvera jamais les deux ensembles.

Gammes en dièse

Les gammes majeures en dièse se succedent de quintes justes en quintes justes. La tonique et la dominante d’une gamme majeure formant toujours une quinte juste, la dominante d’une gamme est la tonique de la gamme suivante.

En partant de Do Majeur, nous avons donc dans l’ordre Sol Majeur, Ré Majeur, La Majeur, Mi Majeur, Si Majeur, Fa dièse Majeur, Do dièse Majeur.

Les altérations de ces gammes suivent un motif semblable. Chaque gamme majeure en dièse comporte les même altérations essentielles que la précédentes plus une, dans l’ordre des altérations que nous avons déjà vu dans le chapitre sur l’armure.

Fa dièse, Do dièse, Sol dièse, Ré dièse, La dièse, Mi dièse, Si dièse

On en déduit que la gamme en Ré majeur comporte les altérations Fa dièse et Do dièse à l’armure, par exemple.

L’altération supplémentaire est toujours la note sensible, qui se situe un demi-ton sous la tonique.

Gammes en bémol

Les gammes majeures en bémol se succedent de quarte juste en quarte juste. La tonique et la sous-dominante d’une gamme majeure formant toujours une quarte juste, la sous-dominante d’une gamme est la tonique de la gamme suivante.

En partant de Do Majeur, nous avons donc dans l’ordre Fa Majeur, Si bémol Majeur, Mi bémol Majeur, La bémol Majeur, Ré bémol Majeur, Sol bémol Majeur, Do bémol Majeur.

Les altérations de ces gammes suivent un motif semblable. Chaque gamme majeure en bémol comporte les même altérations essentielles que la précédentes plus une, dans l’ordre des altérations que nous avons déjà vu dans le chapitre sur l’armure.

Si bémol, Mi bémol, La bémol, Ré bémol, Sol bémol, Do bémol, Fa bémol

On en déduit que la gamme en Mi bémol Majeur comporte les altérations Si bémol, Mi bémol et La bémol à l’armure, par exemple.

L’altération supplémentaire est toujours la sous-dominante de la gamme.

Gammes mineures

La gamme relative mineure d’une gamme majeure se situe un ton et demi plus bas. La tonique est à une distance d’une tierce mineure. La gamme de La mineur est donc la relative de la gamme de Do Majeur.

Deux gammes relatives n’ont pas les mêmes notes modales et tonales.

Tout comme les gammes majeures, les gammes mineures en dièse se succedent de quinte juste en quinte juste, et les gammes mineures en bémol se succedent de quarte juste en quarte juste. La dominante d’une gamme mineure en dièse est la tonique de la suivante, et la sous-dominante de la gamme mineure en bémol est la tonique de la suivante.

Fa dièse, Do dièse, Sol dièse, Ré dièse, La dièse, Mi dièse, Si dièse

L’ordre des dièses pour les gammes mineures est le même que pour les gammes majeures. L’ordre des gammes étant (en le déduisant de quinte en quinte) Mi mineur, Si mineur, Fa dièse mineur, Do dièse mineur, Sol dièse mineur, Ré dièse mineur et La dièse mineur, on calcule facilement les altérations de la gamme Si mineur : Fa dièse et Do dièse.

Si bémol, Mi bémol, La bémol, Ré bémol, Sol bémol, Do bémol, Fa bémol

L’ordre des bémols pour les gammes mineures est le même que pour les gammes majeures. L’ordre des gammes étant (en le déduisant de quarte en quarte) Ré mineur, Sol mineur, Do mineur, Fa mineur, Si bémol mineur, Mi bémol mineur et La bémol mineur, on calcule facilement les altérations de la gamme Do mineur : Si bémol, Mi bémol et La bémol.

L’altération supplémentaire est la sus-tonique pour les gammes en dièse et la sus-dominante pour les gammes en bémol.

L’analogie des altérations entre gammes mineures et majeures s’explique par le fait que l’armure d’une gamme majeure est la même que celle de sa gamme mineure relative.

Si bémol, Mi bémol, La bémol, Ré bémol, Sol bémol, Do bémol, Fa bémol

On en déduit que la gamme en Mi bémol Majeur comporte les altérations Si bémol, Mi bémol et La bémol à l’armure, par exemple.

L’altération supplémentaire est toujours la sous-dominante de la gamme.

Gammes mineures naturelles ou anciennes

Les gammes naturelles mineures sont constitutées de huit notes dont les écarts forment le schéma suivant :

-> 1 -> 1/2 -> 1 -> 1 -> 1/2 -> 1 -> 1

La gamme relative mineure d’une gamme majeure se situe à un ton et demi plus bas. La gamme de La mineur naturelle est la gamme mineure relative de Do Majeur. Elle ne comporte aucune altérations.

Gammes mineures harmoniques

Les gammes harmoniques mineures sont constitutées de huit notes dont les écarts forment le schéma suivant :

-> 1 -> 1/2 -> 1 -> 1 -> 1/2 -> 1 1/2 -> 1/2

Notez l’écart d’un ton et demi entre les degrés VI et VII.

La gamme relative mineure d’une gamme majeure se situant un ton et demi plus bas, la gamme de La mineur harmonique est toujours la relative de la gamme de Do Majeur. On constate ici une altération sur le degré VII. Cette altération n’est pas portée à l’armure. Elle est donc accidentelle.

La note de degré VII d’une gamme mineure harmonique est toujours altérée (dièse, double dièse ou bécarre), et cette altération n’est jamais portée à l’armure.

Gammes mineures mélodiques

Les gammes mélodiques mineures sont constitutées de huit notes dont les écarts forment le schéma suivant :

-> 1 -> 1/2 -> 1 -> 1 -> 1 -> 1 -> 1/2

Gammes et armatures

Les gammes Majeures et Mineures relatives ont la même armature, mais commencent sur une note différente.

Comment déterminer la gamme utilisée

  1. On se servira des informations vues dans le chapitre sur la tonalité pour déterminer les gammes majeures et mineures correspondant à l’armure de la portée.
  2. La dernière note est généralement la tonique (afin de différencier la majeure de la mineure).
  3. La première note est généralement soit la tonique, soit la dominante, soit la médiante.
  4. Si la note sensible est altérée de façon accidentelle, la gamme est mineure harmonique.

23 Messages de forum

  • Gammes 17 juillet 2006 06:25, par Maxime

    Lorsque vous dites que la gamme de Do majeur est la seule gamme sans alitérations, c’est faux. La gamme de Sol Mixo-lydien et de Fa Lydien le sont également.

  • Gammes 20 juillet 2006 12:45

    Le mode n’est pas une gamme.De plus on dit altération . renseignez vs avant de décreter que ce que vs ne savez pas est faux. à bon entendeur.

  • Gammes 25 septembre 2006 12:35

    Sol myxolydien et Fa lydien c’est la tonalité de Do majeur de toute façon,ca provient de cette gamme,ce sont respectivement les degrés V et IV ;comme Ré dorien ou Mi phrygien qui en sont les degrès II et III

  • Gammes 7 novembre 2006 20:30

    cool man reste tranquille ... y a pas de quoi stresser, on est là pour se détendre.

  • Gammes 2 février 2007 21:43, par amel62

    on comùprendrien a sa

  • Gammes 4 février 2007 20:23, par masquelier charlene

    je n’ai rien compris

  • Gammes 15 février 2007 15:14, par Bresson

    Bonjours à tous, moi je voudrai savoir quelle sont les gammes qui ont des conotations plutôt joyeuse et celles plutôt triste !

    J’avais entendu dire que les sons des gammes mineures créées une ambiance plutôt triste alors que les majeure créées quand à elles des sons plutôt gais c’est vrai ?

    Merci...

  • Gammes 20 février 2007 01:58, par Nienscecco

    J’aimerai avoir une piste pour découvrir comment déterminer la gamme d’une chanson et être théoriquement correct. On m’a déjà expliqué que pour déterminer la tonalité d’un morceau, il sagit de trouver une note qui semble toujours en harmonie avec le morceau, mais je trouve pas ca très technique.

    En suite j’ai pensé prendre les notes de la mélodie et déterminer à quelle gamme cela correspond, mais je me trompe souvent en sant ca car souvent je tombe sur une mélodie avec des notes communes à plusieures gammes...

    Le but de tout étant de sélectionner la bonne tonalité dans mon processeur d’effet pour avoir une harmonie de voix correcte quand je chante un refrain seul avec mon matos dans les boites à chanson.

  • Gammes 20 février 2007 03:12, par Nienscecco

    Ooops...J’ai cliqué sur le mauvais lien de réponse.

    Pour ajouter à ma question plus haut, voici l’exemple sur lequel je réfléchissait en posant ma question :

    Pour la chanson "Snow" des "Red Hot Chili Pepper", si je me fie à l’intro de guitare, les notes utilisées sont : mi, sol#, si, do#, fa#, ré#. Donc ca pourrait être en mi majeur ou en si majeur....mais laquelle des deux ?

    Et puis si ca doit être une gamme en bémol.. ?je ne comprends pas cette subtilité...

  • Gammes 20 février 2007 05:32, par Sago

    JE crois que tu devrais commencer par trouver la note tonale de ta pièce, selon l’Armure. Ex : si ta pièce a un bémol tu sais alors que cé en Fa majeur ou en ré mineur, cé alors plus facile de voir la gamme quis’y ratache

  • Gammes 20 février 2007 07:24, par Nienscecco

    Quand j’essaie de déterminer la tonalité, je n’ai pas la partition en main. J’écoute les notes qui sont jouées. Alors je ne vois pas l’armure à la portée. Mais peut-être que c’est moi qui comprends mal. Et quand je trouve les notes à l’oreille, j’ai aucune idée à savoir si c’est un sol# ou un la bémol par exemple.

  • Gammes 28 février 2007 20:43

    L’allitération ,(avec 2 L d’ailleurs),est utilisée en poésie.L’altération est une notion musicale.Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement....

  • Gammes 28 février 2007 20:45

    Non.C’est faux ,il n’y a pas de règles en la matière.Mais de grace,surveillez votre orthographe.

  • Gammes 5 juin 2007 16:06, par Batin

    Tu as par exemple une guitare à côté de toi ? Pendant que tu écoutes ton morceau, essaie avec ta guitare bien accordée de retrouver le premier accord ou la première note et ton problème est résolu. Courage ! ! !

  • Gammes 14 juin 2007 06:18, par Maria

    Faites de la musique dans un concervatoire bande de naz au lieu d’apprendre sur internet, on apprend pas de la musique sur internet. Pitoyable.

  • Gammes 14 juin 2007 06:22, par Christophe

    Je suis complètement d’accord, vous êtes pitoyables. Et puis apprenez la musique avec autre chose que les Redot parce que vous n’allez rien faire de bien au départ à part gratouiller trois accords comme tous les bléros, je n’ai rien contre cette musique, au contraire, mais c’est pas avec ça qu’on commence à jouer d’un instrument, et encore moins sur internet !

  • Gammes 24 août 2007 04:39, par Hibou57

    J’ignore l’existance de ces autres gammes sans altérations, mais disont que la caractéristique principale de la gamme majeur, et d’être la gamme tempérée la plus proche des rapports harmoniques naturels. C’est pour cette raison que c’est celle qui semble sonner le plus juste et le plus naturel. Mais la gamme majeur a des caractéristiques héritées de la gamme chromatique et de ses intervals réguliers.... et l’échelle chromatique n’est pas universelle, contrairement à ce que l’on crois trop souvent en occident. Il existe d’autres gammes, à intervals variables, qui approchent elles-mêmes plus ou moins la gamme basée sur les harmoniques naturelles. Ceci dit, la gamme majeur a tout de même effectivement une place particulière vis-à-vis de l’échelle chromatique, et cette place qu’elle tient est unique (non, elle ne la partage avec aucune autre gamme).

    Voir en ligne : les gammes occidentales et orientales

  • Gammes 24 août 2007 04:46, par Hibou57

    Salut,

    Ce ne sont pas tant les intervals que les gammes qui créent l’ambiance. Et de plus le rythme y est pour également beaucoup.

    On peut aussi mixer gamme mineure et gamme majeure, comme dans le célèbre chanson qui dit « let the sun shine in ... », qui commence en mineure et termine en majeur.

    La gamme majeur n’est pas plus gaie que les autres, elle est seulement moins dissonante. En fait, elle est un peu sans couleur.

    De plus, il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas une gamme mineure, mais plusieurs. Ainsi par exemple, subjectivement, la gamme mineure naturelle me parraît romantique, la gamme mineure classique (celle qui a un grand interval de 3 demis tons) me parrait glauque et innaudible (trop dure), et la gamme mineure mélodique semble assez « gaie » (ou plutôt consonnante), malgré qu’elle soit une gamme mineure.

    C’est comme avec les mots ....

  • Gammes 29 août 2007 20:36, par Hibou57

    Je corrige une erreur : je disais « Ce ne sont pas tant les intervals que les gammes qui créent l’ambiance », mais c’est bien sûr le contraire que je voulais dire.... Ce ne sont pas tant les gammes que les intervals qui créent l’ambiance.

    C’est évident : on peut jouer une mélodie avec une gamme, mais si on utilise pas tous les intervals présents dans cette gamme, alors le jeux sera le même que si on avait joué avec une autre gamme ayant les mêmes intervals.

  • Gammes majeures et mineures 2 septembre 2007 11:38, par frederic

    bonjour, ma question est sans doute idiote mais je ne comprends pourquoi il y a autant de gammes mineures et majeures. On a toutes les notes avec leurs bémoles et dieses alors pourquoi des gammes autres que la gamme de do ? je joue du piano et je n’arrive pas à comprendre et apprendre toutes ces variantes. merci pour votre aide.

  • Gammes majeures et mineures 1er novembre 2007 12:46, par Jim2k

    Bonjour,

    Regarde l’article plus haut : "Les gammes majeures sont constituées de 8 notes dont les écarts suivent le schéma suivant : 1 ton, 1 ton, 1 demi ton, 1 ton, 1 ton, 1 ton, 1 demi-ton. C’est l’emplacement des demi-tons qui différencie une gamme majeure d’une gamme mineure."

    Entre Mi/Fa et Si/Do, il y a un demi-ton, donc, il n’y a pas d’altération lorsqu’on démarre avec Do. Rien n’interdit de commencer par une des onze autres notes, pour cela, on change soit par quinte en augmentant (par #), soit par quarte en descendant (par b). A chaque fois, on rajoutera un b ou un # pour respecter la structure indiquée ci-dessus (essaie, tu verras). On varie la tonalité généralement pour que l’instrument coïncide avec la voix du chanteur

  • Gammes 13 novembre 2007 02:42, par kattttt

    chui dsl de te dire sa mais jaime mieux apprendre sur internet que ne pas apprendre du tout..... c pas tout le monde qui a l’argent pour etre dans un conservatoire .

  • Gammes 25 novembre 2007 22:47

    Explications magnifiques, claires et nettes. Bravo, merci

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0